Quelle est la différence entre une brocante, un vide-greniers et un marché aux puces ?

Quelle est la différence entre une brocante, un vide-greniers et un marché aux puces ?

Quelle est la différence entre une brocante, un vide-greniers et un marché aux puces ?

On entend souvent parler de brocante, de vide grenier, de marché aux puces autour de chez nous mais finalement qu’est-ce qui les différencie ?

Le brocanteur, un professionnel

Sur une brocante on trouve en général des objets à faible valeur marchande. Le brocanteur est un commerçant, il doit donc être inscrit au Registre du Commerce. Il doit comme tous les antiquaires vous fournir les garanties sur la nature et la qualité de chacun de ses produits.
En effet, la différence avec un antiquaire, est que le brocanteur vend des objets moins anciens et par conséquent, la plupart du temps, il vend des pièces moins chères.

L’antiquaire, un historien

A contrario, l’antiquaire est un spécialiste et connaît l’origine et l’histoire des objets qu’il vend. Ses pièces sont souvent anciennes et coûteuses.

Le vide grenier pour les particuliers

Dans un vide-grenier, les particuliers peuvent revendre des objets, meubles et vêtements dont ils ne servent plus. Rares sont les objets anciens ou les antiquités.

De plus, les vides-greniers sont ouvert à tous, il suffit de s’inscrire et de payer son emplacement à la collectivité, l’association ou la structure professionnelle qui l’organise.

Le marché aux puces, une mine d’objets précieux

Pour finir ce tour d’horizon, le marché aux puces est réservé aux objets plus précieux comme des meubles, de la verrerie, argenterie, textiles anciens … Il est souvent permanent et correspond à un savoureux mélange de brocante et de marché d’antiquaires.

Maintenant que vous connaissez ces différences, n’hésitez pas à visiter les vides-greniers, brocantes et marchés aux puces de votre région ! Et pourquoi ne pas organiser vous-même un vide grenier dans votre village ou dans votre quartier ?

Ça y est, vous êtes décidé à devenir un véritable chineur ? N’hésitez pas à découvrir les vide-greniers, marchés aux puces ou les brocantes organisés près de chez vous !

D’ailleurs connaissez-vous les puces du Canal près de Lyon ? Et le quartier des Marolles à Bruxelles ?

Vous aimerez aussi :

Comment bien vendre sur un vide-greniers ou une brocante

Comment bien vendre sur un vide-greniers ou une brocante

Comment bien vendre sur un vide-greniers ou une brocante

Choix des emplacements et bons prix sont les clefs du succès

Il est des événements pour lesquels il faut mieux être préparé ! Découvrez quelles étapes il ne vous faut absolument pas négliger pour rentabiliser votre emplacement sur un vide-greniers ou une brocante.

La réservation de l’emplacement sur le vide-greniers

Vous êtes décidé, le mois prochain, vous participez au vide-greniers organisé dans votre village. Tout d’abord, cela paraît évident, mais il faut vous inscrire à l’événement.
Faites attention, certaines communes n’ouvrent les inscriptions qu’aux résidents de leur commune. Le choix de votre emplacement n’est pas toujours possible. Cela dépendra du fonctionnement de l’organisateur.
On distingue trois type d’organisateurs : les professionnels, les collectivités territoriales et enfin, de façon plus courante (dans 80% des cas) les associations, ce sont elles qui sont à l’origine de ces initiatives dans 80% des cas.
Certains préfèrent placer eux-mêmes leurs exposants soit en amont soit le jour j, au fil des arrivées. D’autres permettent aux exposants de choisir s’ils disposent d’un plan de leur manifestation.

Pour la réservation, plusieurs options s’offrent à vous :

La réservation par téléphone : rapide mais implique que votre interlocuteur soit disponible. Vous devrez sans doute confirmer par courrier en envoyant vos pièces justificatives et votre règlement par chèque. Le choix de l’emplacement peut être négocié dans certains cas.

La réservation par courrier : généralement un formulaire d’inscription téléchargeable au format PDF est mis à disposition sur le site de l’événement. Vous devez ensuite l’imprimer et l’envoyer par voie postale accompagné de votre règlement. Le choix de l’emplacement sur le vide-greniers est rarement proposé.

Les permanences : il faudra vous déplacer aux plages horaires indiquées. Souvent l’attente est un peu longue, il faut s’armer de courage pour, la plupart du temps, ne pas avoir l’emplacement que l’on avait repéré au préalable. Le paiement se fera généralement en chèque ou en espèces.

Pour les plus chanceux, l’organisateur utilisera une plateforme de réservation en ligne du type mybrocante.fr qui vous permettra de visualiser et de choisir votre emplacement sur une carte interactive, de le réserver et de le payer en ligne directement depuis chez vous.

Les prix au mètre linéaire peuvent varier entre 2 et 6 euros. Parfois, il peut s’agir d’un montant forfaitaire variant entre 10 et 30 euros selon les communes et l’organisateur pour une surface fixe.
Pour être à l’aise, il faut prévoir un emplacement de 3 à 5 mètres. Mais cela va bien entendu dépendre du nombre et la taille des objets que vous avez à vendre.

Le choix des objets

Par définition, un vide-greniers a pour objectif de “vider son grenier”, et donc pour le particulier de se débarrasser des objets et vêtements qu’il n’utilise plus.
Vous ne devez pas vendre du neuf ! La vente d’ armes, d’animaux ou de nourriture n’est pas autorisée sur ce type d’événements.
Certaines affaires sont très recherchées par les chineurs, notamment les pièces vintages, les jouets et vêtements pour enfant, les poussettes en bon état ainsi que les vélos. Les livres et les bandes dessinées sont également des valeurs sûres et partiront sans doute comme des petits pains !
Mais rassurez-vous, toutes les pièces sont susceptibles d’être vendues. Même les petits jouets Kinder collectés au fil des années par vos enfants peuvent trouver preneur si un collectionneur croise votre stand. Avec un peu de bagou et une dose de chance tout peut se vendre !

Les bonnes affaires pour les lève-tôt

Il faut savoir que les vrais chineurs arrivent très tôt le matin, car ils savent que c’est là que les meilleures affaires se font. Mais sachez que tout va très vite, car les passionnés savent qu’ils doivent rapidement faire le tour des stands pour obtenir les meilleurs deals. Il faut donc que vous soyez en place bien avant l’ouverture officielle au public. Souvent l’organisation est sur place à partir de 5h alors n’hésitez pas à arriver en même temps qu’eux. Cela vous évitera les embouteillages lors du placement et vous pourrez déballer plus sereinement.
Ne soyez pas surpris, certains acheteurs vous laisseront à peine le temps de sortir vos objets et se rueront sur votre coffre. Ce sont, la plupart du temps, des collectionneurs, des antiquaires ou des brocanteurs professionnels aguerris qui savent en un clin d’oeil repérer les meilleures pièces.

Un stand harmonieux, un vendeur heureux

Concernant le matériel, il vous faut apporter le vôtre sauf sur les manifestation qui permettent de réserver des tables en option. Dans le cas contraire, prévoyez une table facile à transporter, un parasol pour la pluie ou le soleil, en fonction de la saison. Si vous vendez des vêtements, pensez à prendre un portant afin de créer un petit espace boutique. N’hésitez pas à équiper votre stand de petites enceintes, la musique attire le chaland !

Ensuite, il est évident que vous devez mettre en évidence les pièces phares. Montez une table, créez plusieurs niveaux. Il vous faut vous mettre dans la peau d’un responsable de boutique qui refait sa vitrine ! Rangez les objets par famille : aménagez un espace enfant, un espace déco et un espace vêtements par exemple.
Vous pouvez rassembler les pièces au même prix dans des bacs en vrac, comme des t-shirts. Mais les robes de marque devront être suspendues sur des cintres et mises en évidence en bout de portant.
Pour les livres, n’hésitez pas à utiliser les aménagements des bouquinistes : dans des supports en bois, dos vers le haut pour faciliter la lecture des titres et auteurs.
Et, pour votre confort, n’oubliez pas les essentiels de l’exposant : des chaises pliantes, une glacière, des boissons chaudes et un casse-croûte. Il vous faut aussi prévoir des sacs plastiques pour permettre aux chineurs de ranger leurs achats voire quelques cartons pour les plus grosses pièces.

La fixation des prix

Nous vous conseillons fortement de réfléchir aux prix que vous désirez demander en amont de l’événement. N’hésitez pas faire des lots pour les vêtements ou les livres pour enfants. Par exemple 3€ le lot de deux petits ensembles. Evidemment, les prix peuvent varier selon plusieurs critères :
Le lieu de la brocante ou vide-greniers (quartier chic, village touristique ou quartier plus familial), la marque, l’usure et l’état général.
En arrivant, pourquoi ne pas faire un tour et observer les prix appliqués sur les autres stands ? C’est un bon moyen d’affiner votre offre.
Et puis, n’hésitez pas à monter les prix le matin, quitte à les baisser dans l’après-midi sur les invendus.
Si vous n’avez pas lu notre article sur « Estimation des objets d’occasion : le casse-tête », nous vous invitons à le lire si vous souhaitez en savoir plus sur la fixation des prix.
Une fois installé, n’hésitez pas à interpeller les passants et à négocier ; un vide-greniers est avant tout un rassemblement festif emprunt de connivence et de bonne humeur !

Nous vous conseillons justement de participer à ces événements entre amis, cela peut s’avérer très pratique pour la pause “pipi”, vous serez heureux de pouvoir abandonner votre stand quelques minutes…
Et à la fin de la journée, s’il vous reste des invendus, pensez au Secours Populaire, à Emmaüs ou aux bennes de collecte pour les réfugiés que vous pourrez éventuellement trouver sur la route du retour…

Vous aimerez aussi :

Les meilleures brocantes de France

Les meilleures brocantes de France

Les meilleures brocantes de France

A l’affût d’objets rares ou insolites, les Français sont de plus en plus nombreux à fréquenter les brocantes. Les manifestations se multiplient, mais chaque évènement est unique et a sa propre identité. Nous vous proposons d’en découvrir une sélection.

Notre classement des plus grandes et des plus réputées

La star des brocantes : Lille

Il s’agit à la fois d’une brocante (objets anciens ) et d’une braderie (objets plus récents) dont les origines remontent au XXIIe siècle. 

Elle a lieu tous les ans, le 1er week-end de septembre et accueille plus de 2 millions de visiteurs. 10 000 exposants proposent leurs articles sur plus de 100 Km de trottoirs dans les rues de Lille.

La braderie de Rennes

Elle existe depuis 1969 et se tient tous les ans dans cette ville le long du canal St Martin et dans les rues du centre, en juin ou septembre. L’espace d’une journée, environ 3 500 exposants proposent leurs articles à près de  40 000 visiteurs.

La braderie de Rennes 2017

La braderie ou réderie d’Amiens

Elle existe depuis 30 ans. Sa particularité : elle a lieu deux fois par an, au printemps et à l’automne, l’espace d’un dimanche. Elle réunit plus de 2 000 exposants et attire 80 000 badauds.

La brocante de Houilles dans les Yvelines

Elle attire depuis plus de 30 ans, chaque 1er dimanche d’octobre, plus de 2 000 exposants et 300 000 visiteurs.

Avis aux chineurs passionnés de brocantes et de braderies, ne manquez pas ces rendez-vous incontournables de la vente au déballage ! Faites vous plaisir tout en faisant de bonnes affaires, et passez un agréable moment dans ces lieux animés et surprenants.   

 

Commencez par découvrir plus en détails la braderie de Lille 

 

Vous aimerez aussi :

Le Tam tam !

Le Tam tam !

Le Tam tam !

Imaginé dans les années 60, le tabouret Tam Tam a longtemps été le siège d’invité que la ménagère glissait sous la table de la cuisine. Mais comme toute pièce emblématique des années 60, il retrouve une nouvelle jeunesse et revient dans nos intérieurs pour le plus grand bonheur des collectionneurs vintages !

Le tabouret Tam Tam : une invention à petit prix

Le tabouret Tam Tam est un tabouret en matière plastique imaginé en 1968 par le designer français Henry Massonnet. Il a été commercialisé par la société Stamp et vendu à l’époque, au prix de 10 Francs !

12 millions d’exemplaires du Tam Tam ont été vendus en deux années seulement dans le monde entier. Et en France, il devint l’icône de l’ameublement des années 60-70 !

Une star de l’ameublement

L’objet était initialement destiné aux pêcheurs : Une célèbre photographie mettant en scène Brigitte Bardot assise sur un Tam Tam et paru dans Ici Paris contribua à le rendre encore plus populaire.

Mais décliné dans une large gamme de couleurs et ne prenant pas de place, le Tam Tam a trouvé sa place dans toutes les cuisines françaises.

Le tabouret Tam Tam a notamment été exposé au Museum of Modern Art de New York. Son inventeur est enterré, dans son village de l’Ain, sous un monument décoré d’une réplique de sa création.

Un retour gagnant

De nos jours, le Tam Tam est toujours fabriqué à partir du même moule (n°169) et cela dans la même usine !

Quelques conseils si vous désirez dénicher un tabouret Tam Tam dans un vide-grenier ou dans une brocante :

Date de Fabrication : 1970

Estimation 2016 : environ 30 euros

Comment repérer un tabouret Tam Tam datant de sa première édition ?Sur une édition d’époque, observez le centre de l’objet : vous n’y trouverez qu’une attache centrale. Alors que sur les rééditions que l’on trouve chez tous les revendeurs actuels, on trouve trois attaches centrales. De plus, les anciennes éditions sont signées « Tam Tam ». Alors décidé à repartir dans les années 60 ?
N’hésitez pas à visualiser cette émission de France 3 diffusée le 3 octobre 2016.

Vous aimerez aussi :

Le kiki

Le kiki

Le kiki

Depuis quelques années, il revient en force sur les étalages de nos brocantes et vide greniers. Le Kiki recommence à faire la joie des enfants ! Et cela n’est pas pour nous déplaire !

Un petit singe venu du Pays du Soleil Levant

Et oui, le Kiki est une petite peluche japonaise née en 1974 à Tokyo. Elle débarquera l’année suivante en Europe et plus particulièrement en France. Une mode est née : tous les petits français réclamaient d’ailleurs leur petit singe.

Notons qu’au Japon, Kiki s’appelle en réalité Monchichi et en Angleterre Chicaboo !

Relooking du Kiki

Les premiers Monchichis avaient les yeux bleus mais une nouvelle série dont les yeux étaient marrons, fut cependant lancée en 1985 : Ce modèle reste le plus commercialisé jusqu’à aujourd’hui.

A l’instar du Manneken Pis, il a revêtu bon nombre de vêtements : cowboy, pirate, indien et a été le doudou de plusieurs millions de petits enfants par le monde. les petits français, très fans de la peluche, collectionnaient les habits et accessoires. A la récréation, le phénomène prit de l’ampleur et le Kiki remplaça même un temps les jeux traditionnels.

Un retour en force

De nos jours, très présents sur les étalages des vide-greniers, il revient en force dans nos foyers de collectionneurs et reste le jouet n°1 des années 80. Intemporel et poétique, les enfants du 21ème siècle découvrent le jouet de leurs parents. Pour quelques dizaines d’euros, les parents prennent plaisir à faire découvrir à leurs enfants le fameux Kiki !

Mais pour les collectionneurs des Kikis années 60, les prix observés peuvent monter jusqu’à 1000 euros !

Et si l’on vous présentait un autre objet vintage incontournable ? On vous fait deviner : Il est de toutes les couleurs et se monte facilement. Encore un indice ? Il était présent dans toutes les cuisines des années 60… Allez un dernier indice : On le sortait quand des amis venaient manger à la maison !

Et oui le tabouret Tam Tam !

Alors prenez encore quelques minutes pour voyager dans le temps et découvrez le Tam Tam.

Vous aimerez aussi :